• Rejoignez la communauté des 60 000 ingénieurs Polytech
    Atout N°1
  • Développez vos talents : créer, manager, communiquer, s’ouvrir au monde...
    Atout N°2
  • Etudiez au-delà des frontières Polytech Abroad...
    Atout N°3
  • Faites le choix d’une formation professionnalisante
    Atout N°4
  • Partez à la conquête d’un Nouveau Monde : l’Auvergne
    Atout N°5

19ème Prix du Jeune Chercheur de la Ville de Clermont-Ferrand

Le 7 avril, la Ville de Clermont-Ferrand a organisé son 19e Prix jeune chercheur.
L’occasion pour la Ville de valoriser l’excellence de la recherche publique menée dans les laboratoires clermontois et de rappeler combien cette dernière concourt à l’attractivité et au rayonnement de Clermont-Ferrand comme grande ville universitaire.
Parmi les lauréats de ce 19ème Prix figure un ingénieur Polytech en Génie Mathématique et Modélisation, doctorat en informatique au LIMOS, qui obtient le Prix ADER.

Pour ce prix de vulgarisation scientifique, ils étaient 12 docteurs, issus des cinq écoles doctorales clermontoises, à présenter leurs recherches en les rendant accessibles à des non-spécialistes. Le Prix jeune chercheur de la Ville de Clermont-Ferrand récompense donc un vrai talent chez les jeunes chercheurs : le don de transmettre leur curiosité, leur enthousiasme, leur démarche, leurs résultats et l’intérêt plus large des recherches qu’ils ont conduites pendant leur thèse. Le jury pluridisciplinaire de ce 19e Prix jeune chercheur, présidé par Jérôme AUSLENDER, adjoint à l’Enseignement supérieur et à la Recherche, a décerné plusieurs prix :

  • Grand Prix de la Ville de Clermont-Ferrand (4 500 €) à Julien BERNARD (Laboratoire Magmas et Volcans) « Capacité érosive des écoulements pyroclastiques : impact sur les budgets éruptifs et implications pour l’aléa »
  • Prix de la Banque Populaire du Massif central (1 500 €) à Sebastian GARCIA VICENCIO (Laboratoire AME2P) « Effets de l’obésité et du type d’activité physique sur la plasticité de la fonction neuromusculaire chez l’adolescente »
  • Maxime CHASSAING, docteur en informatique (LIMOS), remporte le Prix ADER Auvergne - Polytech Clermont-Ferrand (1 500 €) pour le présentation de sa thèse « Problèmes de transport à la demande avec prise en compte de la qualité de service ».
  • Adeline SIVIGNON, docteur en microbiologie, et Laura POUPON, docteur en neurophysiologie & pharmacologie, ont complété ce palmarès 2016 et reçu les deux accessits de la Ville de Clermont-Ferrand pour les exposés de leurs thèses « Stratégies prophylactiques et thérapeutiques visant à limiter les Escherichia coli Adhérents-Invasifs du tractus digestif dans le contexte de la maladie de Crohn » et « Étude de l’implication de canaux ioniques, cibles moléculaires pour le développement de nouveaux antalgiques dans le traitement de la neuropathie chimio-induite à l’oxaliplatine ».

Résumé de la thèse de Maxime CHASSAING, ingénieur Polytech en Génie Mathématique et Modélisation et Docteur en Informatique (LIMOS)

Le transport à la demande est un système de transport en commun particulier. C’est un système proche du taxi où plusieurs clients partagent le même véhicule. L’ordre dans lequel les clients sont pris en charge puis déposés influence le coût de la tournée (carburant, nombre de kilomètres parcourus, temps de travail du chauffeur...) mais aussi la qualité du service proposée aux usagers (temps de trajet, temps d’attente, retard...). Dans la littérature, la majorité des problèmes de transport à la demande considèrent que les temps de trajets sont constants. Or dans un réseau routier, ce temps varie pour de nombreuses raisons, par exemple les embouteillages ou les feux de circulation. Une grande partie de ces variations sont dues à des phénomènes qui ne sont pas prévisibles. Ne pas prendre en compte ces variations peut avoir des conséquences sur la qualité du service qui est proposé aux clients, comme le non-respect des plages horaires définies avec les clients. Le but de ces travaux financés par une bourse Labex IMOBS3 est de développer des méthodes pour trouver des solutions robustes à ces variations. Les résultats obtenus montrent que les meilleures solutions connues pour le problème avec des temps de trajets constants sont, en réalité, très peu robustes. En moyenne ces solutions ont moins d’une chance sur quatre de respecter toutes les contraintes de qualité qui ont été définies. Les résultats de la méthode mise en place montrent aussi qu’il est possible de générer des solutions extrêmement robustes qui respectent les contraintes dans presque 100% des cas mais avec un coût supérieur de 13.9% par rapport aux meilleures solutions connues. Une méthode bi-critère a été mise en place pour générer un ensemble de solutions entre ces deux solutions extrêmes qui sont des compromis entre les critères de coût et de robustesse. En savoir plus : ICI